Publié dans Blog, Broderie, Découverte, Inspiration

Des bobines et un illustrateur

Voici une histoire de fil qui commence par une triste nouvelle, pour se terminer sur un beau hasard. Il y a quelques temps, j’ai appris que la mercerie Au Fil d’Or, en haut du passage Pommeraye, allait fermer définitivement à la fin de cette semaine, et liquidait donc son stock. Une mercerie qui ferme, c’est toujours un pincement au cœur. Je m’y suis rendue samedi dernier et j’ai fait de très belles trouvailles: des bobines de mes fils à couture DMC préférées (fils à boutons et à draperie des années 70-80) à 1€, et un kit de broderie point de croix Maia à 10€ (au lieu de 47). Mais la beauté de la trouvaille ne réside pas dans l’économie effectuée: ce kit de broderie présente un visuel inspiré d’un illustrateur contemporain (et ami) de George Barbier, Romain de Tirtoff, dit Erté.


De dix ans plus jeune que George Barbier, Erté a évolué dans le même cercle que lui: au cours de leurs carrières, tous deux ont produit à la même époque des illustrations de modes et des costumes de scène pour le théâtre ou les Folies Bergère. Décédé presque centenaire en 1990, Erté fut aussi dans la deuxième moitié de sa carrière  un peintre et sculpteur renommé. Un bel aperçu de son œuvre est visible sur la page suivante: https://martinlawrence.com/erte/

Le kit de broderie Maia reprend le visuel d’une sérigraphie de Erté intitulée « Pearls and Emeralds » (Perles et émeraudes).

À priori conçue en une série de 300 sérigraphies de 75 x 100 cm dans les années 1910, cette élégante déesse Art Déco fut transformée, dans les années 1990 par la maison Franklin Mint, en une série de statuettes de porcelaine de 30 cm de haut peintes à la main. Aujourd’hui encore, ces petites statuettes ont beaucoup de succès dans les ventes en ligne, aux États-Unis ou au Japon, se vendant entre 300 et 500€.

Devenue diagramme de point de croix dans les années 2000, cette belle déesse se brode avec un grand plaisir depuis samedi dernier. Les matériaux du kit Maia sont très agréables à travailler. C’est un en-cours supplémentaire qui s’ajoute à ma liste, mais en ce chaud début d’été, la broderie est plus motivante que le crochet, et le point de croix un repos bien appréciable pour l’esprit en surchauffe. Mais surtout, ce projet ne sera pas trop volumineux à glisser dans la valise des vacances!

Auteur :

J'écris, je crochète, je couds, je brode, je bricole, je découvre... en écoutant de la musique (beaucoup de musique) dans mon Petit Atelier Nantais.

Un commentaire sur « Des bobines et un illustrateur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s